Parti Communiste Français Section de Saint-Martin d’Hères
Accueil du site > Vie du conseil national > Conseil national du PCF, 15 avril 2016 Intervention de Dominique Negri, (...)

Conseil national du PCF, 15 avril 2016 Intervention de Dominique Negri, fédération de l’Isère

avril 2016, par Saint Martin d’Hères

La résolution que vous allez adopter (que je ne voterais pas) nous enfonce dans le piège des primaires. Elle prépare de nouvelles divisions entre communistes tout en évacuant les débats dont ils auraient absolument besoin, dans le cadre d’un congrès digne de ce nom, notamment sur le bilan de la stratégie mise en œuvre avec le Front de gauche depuis 2008 et 2012. Avec de ce débat qui prend toute la place sur cette impasse politicienne pour le PCF, le congrès est confisqué aux camarades. Les communistes n’ont pas besoin d’écuries pour 2017, mais de mobilisation immédiatement dans les luttes.

Contre le projet de loi El-Khomri, notre objectif ne peut être que son retrait ouvrant à une remise en cause de toute la politique du gouvernement de « gauche » et de ses relais. Il passe aussi par la construction de convergences de lutte avec les cheminots et les fonctionnaires notamment. Je pense notamment aux finances publiques, au cœur des attaques des politiques d’austérité, des menaces que font peser les perspectives du prélèvement à la source et de la fusion, voulue par les « frondeurs » de la CSG et de l’impôt sur le revenu. Comme la casse du statut de la fonction publique que j’ai déjà souligné lors du dernier CN. Contre le projet El-Khomri, les travailleurs ont besoin d’une victoire !

C’est sur ce plan que je situe l’espoir et non dans la construction politicienne d’un « processus », de « primaires » ou peu importe le nom qu’on lui donne. Même si l’ordre du jour de ce CN n’est pas prioritairement là, je trouve que nos échanges sur les primaires, s’ils étaient retransmis, pourraient décourager les travailleurs…

Certaines voies qui peuvent paraître comme des boulevards n’en sont pas moins des impasses. Comme celle de remettre en selle Mélenchon maintenant, éternel homme providentiel, la personnalité qu’il faudrait pour en finir avec le pouvoir personnel, en est une sacrée d’impasse. Celui qui a appelé à voter Hollande comme pour le lui-même, qui conspue les communistes, qui copine avec Dassault et multiplie les sorties nationalistes ? Une fois, ça suffit ! ça déjà été de trop !

Une candidature issue du PCF, dans le cadre d’un rassemblement " primaires » à la Tsipras, allant jusqu’à Cohn-Bendit ! Elle n’aura plus rien de communiste et ne peut qu’entraîner le parti à un nouvel échec d’autant plus grave que le « Front de gauche », les compromis d’hier et d’aujourd’hui avec le PS, ont encore terriblement affaibli structurellement et sur le fond le Parti.

La résolution d’aujourd’hui nous promet une conférence nationale sur les présidentielles ? Oui, mais avec le choix des primaires, imposé en marge du congrès des communistes, elle sera complètement faussée et condamnée à s’inscrire dans ce cadre.

Ce n’est pas ce que nous demandons à travers l’appel pour la sortie du Parti du processus des primaires et dans notre texte alternatif « Reconstruisons le Parti de classe ! Priorité au rassemblement dans les luttes. ». La préparation de ce congrès est délibérément précipitée et détournée de son objet : la réflexion et l’analyse de la situation des communistes et le rôle qu’ils veulent donner à leur parti dans la lutte des classes. Il n’est que plus important de ne pas laisser faire en utilisant notre texte alternatif, comme base de débat, et moyen d’enrayer le scénario mortifère pour le Parti que les primaires annoncent.

 [1]

 [2]

Voir en ligne : Reconstruisons le Parti de Classe ! Priorité au rassemblement dans les luttes.

***

Pour envoyer cet article à un ami, cliquez ci-dessous sur "Recommander"

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0